Voilà un film qui aurait pu être intéressant et qui au final passe complètement à côté de son sujet. L'idée de départ était pourtant bonne : ne pas faire un biopic sur Alfred Hitchcock racontant sa vie et son oeuvre, ce qui en soi m'apparaît franchement compliqué vu le personnage, mais se concentrer sur la genèse d'un seul de ses films et probablement le plus emblèmatique d'entre eux : "Psychose".

Sur ce film là, on apprend en effet des choses qui sont vraiment passionnantes. Entre autre que personne ne voulait de ce film, que la Paramount qui le produisait à refusé, qu'il a dû s'endetter pour le financer. Mais aussi et surtout qu'Hitchcock a dû batailler ferme contre la censure qui ne voulait pas de la fameuse scène dans la baignoise, sous prétexte notamment que c'était la première fois que des toilettes apparaissaient dans un film. On y découvre aussi le rôle prépondérant de sa femme, sans laquelle il n'aurait probablement jamais fait tous ses films.

Tout cela est bel et présent dans le film de Sacha Gervasi, mais en arrière-plan. Ce n'est malheureusement pas ce qui intéresse le réalisateur. L'histoire est donc concentrée sur les rapports qu'entretenait Hitchcock avec les femmes en général et ses actrices en particulier. Certes, c'est passionnant, mais alors on ne comprend le choix de se concentrer uniquement autour de "Psychose", de même toutes les actrices qui l'approchent ne sont montées que superficiellement alors qu'elles auraient peut-être mérité un autre traitement.

Mais là n'est pas tout. Le plus gênant dans ce film est la façon dont Anthony Hopkins joue le personnage d'Hitchcock. Plutôt que d'essayer de donner sa propre interprétation d'Hitchcock, de le faire sien, il passe son temps à l'imiter, à reproduire ses mimiques de bouche ou de langage, à tel point que cela en devient ridicule.

Toutefois, s'il faut sauver quelque chose dans ce film qui n'est pas un chef-d'oeuvre, ce serait bien évident Helen Mirren dans le rôle de la femme d'Hitchcock. Curieusement, c'est elle qui tient le film à bout de bras, c'est elle le personnage intéressant, le vrai sujet du film. Elle est formidable de bout en bout. Dommage que le réalisateur ait voulu lui prêter une amourette extérieure sans intérêt. Ces relations avec son mari, son rôle dans les tournages étaient le coeur du film. Sacha Gervasi ne l'a pas vu.